Témoignage pour Eliott et Noah (01)

Bonjour, je suis la maman de deux petits loups Eliott 3ans ½ et Noah 13 mois, tous deux  ayant souffert d’un RGO.

Eliott est né en décembre 2004 à Chambéry avec  10 jours d’avance.  Dès ses premiers jours à la maternité j’ai eu beaucoup de difficultés à l’allaiter ; c’est vrai c’était mon premier enfant, je n’avais pas l’expérience de donner le sein, mais il ne tétait pas bien. Il dormait peu, pleurait  beaucoup en se tortillant… à la maternité, on lui donne de la Calmosine pour le soulager… un peu… de ses coliques.

Retour de la maternité au bout de 6 jours, ce n’est pas mieux…bien fatiguée par mon accouchement qui fut très long, je commence à douter de mon lait (en ais-je assez ? Est-il assez nourrissant ?), Eliott tète toujours aussi mal (s’endort en tétant, les tétées durent 2 heures), ne reprend pas beaucoup de poids, pleure toujours, et ne dort …jamais … sauf par tranches de 20 minutes au sein. Je décide de demander de l’aide à la puéricultrice de quartier….Quelle erreur !!!! Cette dernière voyant que mon bébé a à peine retrouvé son poids de naissance… me revoit chez moi avec une balance et la consigne de noter le poids d’Eliott avant et après toutes les tétées pour vérifier s’il mange assez… Au bout de 2 jours j’en suis malade ! Hyper stressée de voir mon bébé pleurer sans arrêt, et ne pas prendre assez de poids, je culpabilise. Je prends en urgence RDV chez le pédiatre dont je vois le cabinet par la fenêtre de ma cuisine… Dr Grand, qui me rassure ;  désespère qu’il y ai encore des personnes prescrivant le pesage systématique des bébés (ce qui en me stressant, m’a en partie bousillé mon allaitement et n’a pas arrangé l’état de mon bébé me sentant si mal) ; et me prescrit de l’homéopathie pour stimuler mon allaitement et pour apaiser les coliques d’Eliott.

Rassurée, je prends mon mal en patience en me disant qu’Eliott finira bien par « prendre le coup » pour téter, et qu’une fois ses coliques du nourrisson passées, il dormira. Il a alors 15 jours. Malheureusement, les douleurs de mon petit loup ne passent pas, au contraire ! Tout le monde allant de son petit conseil, on me dit de le laisser pleurer dans son berceau, qu’il se calmera ; que c’est du caprice, un bébé qui mange et qui a les fesses propres, ca doit dormir ! Mon beau-père lui achète une balancelle pour le bercer, en me disant que Jérôme, le papa d’Eliott, a pleuré comme ça jusqu’à 2 ans…

Fatiguée de devoir porter Eliott contre moi non stop (puisqu’il n’y a que comme ça qu’à bout de forces il arrivait à dormir), je m’achète un porte bébé ventral (Je vais vivre avec, mon bébé dedans nuit et jour pendant 3 mois). Je « dors » dans la chambre d’à côté, assise avec mon bébé dans les bras. Et j’en arrive à regretter d’avoir fait ce bébé qui semble être si mal avec nous, avec sa vie ; qui souffre, et pour lequel  je n’arrive pas à apporter aucun soulagement. On a même l’impression qu’il ne nous voit pas ! De plus a 3 semaines, il fait une rhinopharyngite à rallonge. Notre pédiatre n’étant pas disponible, nous voyons un généraliste qui en le voyant avec une tétine dans la bouche me culpabilise (la tétine c’est moche, ca rend le bébé dépendant, et l’empêche de s’exprimer….. Peu après le Dr Grand nous expliquera que tous les bébés n’ont pas le même besoin de succion, et que s’ils en ont besoin, pourquoi leur en priver ? De plus pour les bébés atteint de RGO, le fait de sucer-et donc de déglutir-les soulage un peu car la salive avalée « nettoie » un peu l’acidité de l’œsophage).

Début janvier 2005, au bord de la crise de nerfs, je débarque en désespoir de cause au cabinet du Dr Grand, sans RDV, il est 19h, j’ai vu par ma fenêtre qu’il était encore éclairé… Le Dr Grand nous accueille, nous écoute, examine Eliott et nous parle du RGO.

En voyant la liste des signes évocateurs d’un RGO, nous hallucinons : Eliott a les douleurs digestives ; est grognon et anxieux ; a des rots douloureux très loin des tétées ; les fins de journées sont  les pires ; il ne supporte pas la position allongée, il mâchonne ; tient toujours sa tête à gauche ; et tire la langue (ce que nous trouvions d’ailleurs rigolo !)

 Nous faisons un essai de traitement avec du Mopral. Au bout de 15 jours, sans aucun résultat, nous faisons l’électrocardiogramme et passons au Prépulsid.

Le traitement fera vraiment effet au bout de 3 semaines -1 mois, et là quelle transformation !!!!!! Eliott est devenu un bébé souriant, heureux…j’ai presque envie de dire « normal » ! Il dort dans son lit à la tête surélevée, fait des siestes, prend du poids.  La diversification alimentaire que nous avons retardée s’est bien passée et à 1 an nous l’avons sevré du Prépulsid sans rencontrer de soucis.

Puis, nous décidons d’avoir notre second bébé… Noah nait en juin 2007 à Belley. Nous avons déménagé dans l’Ain. Il est né par déclenchement avec une semaine de retard. Bien sur, nous avons un peu peur qu’il souffre lui aussi d’un RGO, car nous savons que ca peut-être héréditaire (Jérôme a pleuré jusqu’à se 2 ans….sans doute à cause de ça, mais à l’époque le RGO n’était pas connu.)… Nous ne voulons pas être fatalistes, et nous savons au pire pouvoir compter sur l’aide du Dr Grand.

La première semaine de vie de Noah se passe bien, il dort, il mange (okay, il tète mal, mais bon…), prend du poids… Retour de maternité, il va bien, dort, l’alimentation au sein est galère, je décide d’arrêter, ce n’est apparemment pas mon truc, je ne suis pas à l’aise, je n’ai pas envie de me forcer à continuer comme je l’avais fait pour Eliott, et puis je n’ai pas le temps avec un ainé de 2 ans ½ de passer deux heures à chaque tétée…  J’ai le baby-blues, mais nous sommes heureux de Noah aille bien !

Seconde semaine de Noah, rien ne va plus, il pleure, pleure, pleure…..  Petit pincement au cœur en pensant à un éventuel RGO, mais ne voulant pas focaliser là-dessus, nous allons à l’hôpital en pédiatrie. Là stressés, que le bébé le sent ; on décide de nous garder la nuit en observation. On file des biberons épaissit en compléments à Noah, la nuit ne se passe pas trop mal. Malgré l’évocation faite du RGO de son frère ainé, on nous annonce que ce ne sont que des coliques et des renvois normaux.  On nous renvoi chez nous avec lait épaissit, Gaviscon et Motilium en nous disant que nous sommes trop que « vous savez, Madame, les bébés…ça pleure ! »et que de toute façon le RGO n’est pas héréditaire !!!! (au passage, je tiens à dire que le Dr Grand n’était pas pour l’utilisation d’un lait épaissi, car ce dernier étant plus épais met beaucoup plus de temps à être digéré, l’acidité étant donc présente plus longtemps dans l’estomac. Mes deux enfants ont eu du Guigoz Transit )

15 jours après c’est pire que tout, et nous avons prit RVD avec le Dr Grand… RGO sans doute possible, et certainement héréditaire ! En plus le docteur nous apprend qu’il y a 70 % de chances qu’un enfant ait un RGO quand un membre de la fratrie en a déjà eu un lui aussi !... Mopral en attendant l’électrocardiogramme, puis Prépulsid …un mois après Noah allez parfaitement bien, et nous sommes actuellement en phase de sevrage qui se passe heureusement bien !

Je rejoins les autres mamans ayant témoigné : INSISTEZ !! et ne laissez pas tomber si un, deux ou 3 médecins vous renvoi chez vous en vous regardant comme si vous étiez des folles dingues voulant à tout prix les entendre dire que votre enfant est malade !!! Un bébé pleurant non stop nuit et jour, se tortillant et dans les yeux duquel on voit la douleur, est tout SAUF un enfant normal !!!!

En ayant mon second enfant, j’ai réalisé à quel point j’avais eu la chance d’avoir rencontré du premier coup le pédiatre, la personne d’exception qu’était le Dr Grand !!! Mon conjoint et moi-même avons pour lui une reconnaissance éternelle pour avoir prit le courage de soigner nos enfants, et honnêtement, si son décès était survenu avant que nous n’ayons eu Noah, nous ne pensons pas que nous aurions risqué d’avoir ce second enfant.

Les pédiatres décriant le Prépulsid devraient avoir grand honte de laisser des bébés souffrir d’un RGO alors que des médicaments pouvant les soulager existent !!Le RGO a terni les 3 premiers mois d’Eliott et notre relation parents-enfant sur cette même période !  Le RGO n’est pas rare, bien au contraire !!! Comment peut-on l’ignorer ? Comment certains peuvent-ils encore déclarer que « les bébés pleurent », alors que le Dr Grand traitait des enfants pour ce mal depuis près de 25 ans ???